Rénovation d’une fermette campinoise

Une ancienne ferme high-tech

Peu de temps après la fin de ses études, l’architecte Aimé Vandepoel a eu
le coup de foudre pour une vieille ferme campinoise idyllique datant de 1735, nichée au beau milieu des champs. Il n’a pas pu résister aux belles formes simples de cette ancienne exploitation appartenant à l’origine à des frères Norbertins. Au fil des ans, la demeure a triplé de volume. Si les vieux murs extérieurs en torchis ont été conservés autant que possible, à l’intérieur en revanche se déploie une toute nouvelle habitation pourvue d’équipements technologiques et domotiques dernier cri. L’architecte l’utilise encore fréquemment pour expérimenter de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques. Dès les années 1970, il a choisi d’installer son chauffage dans les sols et les plafonds, un gage d’économies substantielles d’énergie et du maintien d’une chaleur confortable. L’ossature en bois qui supporte les murs a été conservée, mais les poutres foncées ont été poncées et peintes en couleur claire afin d’alléger et d’agrandir l’impression d’espace.

Quand la nature entre dans la maison

Une grande baie vitrée en saillie ouvre complètement le côté arrière orienté au sud. On a l’impression que le jardin est happé à l’intérieur. On y vit avec la nature et dans la nature : à la tombée de la nuit, lorsque l’éclairage de jardin s’allume, on jurerait que ce merveilleux paysage campinois nous tend les bras.

Avant rénovation.